Menu


Chalonnes dans l’Antiquité

Chalonnes portait le nom de Calonna et était habitée par les Gaulois avant l’arrivée de Jules César en Gaule. Les Gaulois étaient païens et avaient des prêtres pour interpréter la grandeur de leur divinité. Des Druides s’étaient installés et vivaient dans les forêts. Une école druidique se tenait ici auparavant. Les Druides enseignaient aux jeunes hommes l’astronomie, la médecine, la science antique, l’immortalité de l’âme, l’histoire de la nature et celle des peuples. Pour les Gaulois, cette école représentait un certain prestige. Parmi les Druides, il y avait des bardes qui chantaient les exploits des guerriers, la nature et la divinité. D’autres étaient des devins qui s’occupaient des sacrifices et des fêtes religieuses, en particulier la cueillette du gui en décembre qui était sacrée. Cette fête annonçait une bonne année par les cris “au guy l’an neuf”. Le gui était détaché par le chef des Druides qui portait une faucille d’or. Les Gaulois avaient un profond respect pour les chênes et voyaient en eux des divinités parce que ces arbres vivaient plusieurs siècles.

 

La religion chrétienne pénétrait peu à peu la Gaule. Des évangélisateurs étaient envoyés partout. Parmi eux, il y avait Saint Maurille, disciple de l’évêque de Tours au IVe siècle. Saint Maurille descendit la Loire vers Angers. La loi romaine règlementait et administrait encore la région. Un temple païen était érigé sur son chemin, aux alentours de Chalonnes. Sa mission était de répandre la chrétienté, donc de détruire toute autre forme de religion. D’après les récits, il demanda l’aide du ciel en priant et le temple fut incendié. Ensuite, chaque idole et monument païen que Saint Maurille croisait sur son passage, étaient détruits et jetés dans le Layon. Pour mettre fin aux divinités païennes vénérées dans les environs, Saint Maurille fit construire une église Saint-Maurille. L’évangélisateur aida ensuite la population qui souffrait de nombreux préjudices. Saint Maurille était un guérisseur, un sauveur qui faisait des miracles. Un berger, en gardant son troupeau, est mordu par une vipère. Ses compagnons le présentent demi-mort à Saint Maurille, le danger est alors écarté et la santé revient ; un esclave s’échappa d’un convoi de marchands et se réfugia dans l’église. Le saint veut le racheter auprès du marchand qui ne veut pas négocier. Mais ce dernier est touché par une forte fièvre. Il est guéri par Saint Maurille lorsqu’il accorde la liberté à l’esclave ; des mariniers crient à l’aide quand un vent violent touche leur bateau. Saint Maurille les entend et se met à prier, puis la tempête se calme, les hommes sont sauvés. Ce sont pleins d’exploits qui ont fait de Saint Maurille un vertueux évangélisateur.

Retourner en haut de page


Agenda

Tous les événements